Vous êtes ici

Block title
Block content

Les FabDem, pour le renouvellement démocratique


Dans un contexte d’essoufflement démocratique profond, alors même que nous vivons une période charnière pour l’humanité et la planète, l’IRG propose avec les FabDem d’agir pour le renouvellement démocratique requis pour des sociétés solidaires et durables.

Un vent d’air frais souffle sur notre démocratie. En dépit d’une crise aiguë et enracinée, de nombreuses actions poussent à un renouvellement, notamment en provenance des territoires locaux. Des dynamiques interviennent sans pour autant transformer en profondeur le système actuel. Pourtant la transition démocratique est l’une des conditions de réussite de la transition écologique et sociale. La définition des valeurs et des règles du nouveau modèle de développement durable est un enjeu collectif, non celui d’une minorité. Il faut donc passer par la case d’une gouvernance démocratique renouvelée.

Des Fabriques ambitieuses pour le renouvellement démocratique

L’IRG partage la conviction que nos sociétés ouvrent un espace propice à un investissement citoyen renforcé ainsi qu’à un changement des pratiques du pouvoir. C’est en ce sens que les Fabriques de la transition démocratique se positionnent. L’ambition est de contribuer concrètement et efficacement à transformer le système par la fertilisation croisée des diverses innovations expérimentées et la mise à disposition d’une analyse de leurs potentialités pour l’action plus globale. Ce sont les acteurs dans leur ensemble qui ont les clés de l’avenir de la démocratie.

La coproduction de l’action publique est un axe central de refondation démocratique. Elle se caractérise par l’intervention d’acteurs aux intérêts hétérogènes et donc par les interactions entre les différentes régulations que ces acteurs mobilisent. C’est au cœur de cette diversité que se forgent les représentations et les pratiques, qu’elles soient culturelles, sociales ou politiques, qui sous-tendent la création d’une culture politique et civique commune. C’est pourquoi, pour l’IRG, le soutien, dans l’espace public, de modalités concrètes d’interactions constructives et mutuellement renforçantes entre ces acteurs et ces régulations est un vecteur fort de changement dans les pratiques du pouvoir et de renouvellement démocratique.

Le local, terreau d’une nouvelle manière d’agir
Dans le cadre des Fabriques de la transition démocratique, l’IRG focalise ses efforts, dans un premier temps, au niveau local, véritable laboratoire de la transition démocratique. La Cop 21 rappelle d’ailleurs que c’est sur les territoires locaux que ses recommandations doivent être mises en œuvre, au plus près des besoins et réalités quotidiens des habitants et citoyens. L’espace local a un rôle éminent à jouer pour être un vecteur de changement plus global de la démocratie. Cela ne peut se faire sans considérer l’indispensable articulation avec les autres niveaux (action et décision) nationaux et supranationaux, qui en conditionnent d’ailleurs les marges de manœuvres. Cela ne peut non plus se faire en résonnant en termes de modèles à dupliquer sur différentes échelles. C’est en effet dans une compréhension fine des conditions du pouvoir d’agir de tous (Ex : identités territoriales) que s’affirment les leviers d’un changement plus systémique.

Deux enjeux sont au cœur de cette refonte concrète de la gouvernance démocratique :
Le premier est de « re-légitimer » la démocratie comme système politique face aux réponses populistes surfant sur la défiance vis-à-vis d’institutions qui ne répondent pas suffisamment aux anxiétés sociales.
Le second est de refonder la démocratie par un développement fondé sur l’accès effectif aux droits, les droits pour tous, la justice sociale et la durabilité.

La matrice des Fabriques
Les Fabriques s’ancrent sur une méthode pragmatique entre pratique et recherche. Elles œuvrent à capitaliser les innovations démocratiques en cours (sur 10 territoires français en 2018) afin de produire de l’analyse, des outils et un plaidoyer politique. Elles ouvrent des échanges pour l’action entre acteurs souhaitant s’engager autrement dans les prochaines échéances électorales. Il s’agira également d’investir le débat public par des propositions de réformes et d’actions avec une ambition plus générale pour la refondation du système démocratique. Enfin, il est entendu qu’il faudra renforcer les capacités pour l’ingénierie de l’action démocratique en mutualisant, formant et accompagnant les initiatives des acteurs (locaux).

Des résultats concrets à moyen et long terme
Ce que l’IRG souhaite obtenir grâce aux Fabriques de la transition démocratique c’est, d’une part, accroître la place des innovations démocratiques (locales) qui concrétisent le changement de paradigme, dans le débat public. Et, d’autre part, renforcer la dynamique collective des innovateurs démocratiques. Cela permettrait de concrétiser la transition démocratique grâce à un impact sur le système politique. Concrètement, les élections locales de 2020 doivent permettre à ces pratiques de trouver une place réelle dans ce débat public, les politiques publiques et les réformes institutionnelles. Il faudra faire en sorte qu’elles pèsent, le plus rapidement possible, sur la façon de formuler la définition d’une société durable et inclusive.

Pour plus d’informations, voir http://fabriques.institut-gouvernance.org/ .
#fabdem